Espace Presse

Auteur de dix meilleurs temps sur douze possibles, le pilote de l’Ecurie Jean de la Fontaine a égalé le record de succès de Gilles Nantet. Alexandre Thion est venu à bout de Christophe Costes pour la deuxième place.

Conditions : temps ensoleillé avec quelques nuages.

En 2016, Vincent Poincelet avait égalé le record de trois victoires de son oncle, Patrick (1997, 2002 et 2004), au Rallye Tout-Terrain Jean de la Fontaine. Avec Julien Rivière, son fidèle copilote, il a ajouté, entre 2012 et 2017, un succès supplémentaire (après 2012, 2013 et 2016) à son palmarès et rejoint Gilles Nantet avec quatre (1981, 1982, 1986 et 1987).

Le pilote de l’Ecurie Jean de la Fontaine a vite assimilé le mode d’emploi du nouveau Mazda tri-rotors - concocté par Foucart - flirtant avec les 400 ch équipant son Fouquet. Dès la première spéciale, il s’est accaparé une avance qu’il a augmentée au gré des temps scratch dans les cinq autres. Le dimanche, il a ajouté deux autres avant que Christophe Costes puis Vincent Foucart n’interrompent la série respectivement dans les ES9 et 10. Son avance sur son premier dauphin flirtait avec la 1min30s d’avance. C’est finalement après deux nouveaux meilleurs temps (soit un total de dix) et avec 1min41s d’avance sur le second que Poincelet s’impose.

Hormis pour la première place monopolisée par Poincelet donc, la course pour le podium fut animée. Face à l’adversité, Christophe Costes pensait avoir fait le plus difficile samedi. Dimanche, en connaissant quelques avatars (crevaison, tout droit, afficheur…), il a vu revenir dans son sillage Alexandre Thion qui a fini par avoir raison dans l’ES10. Le pilote du Fouquet Nissan s’est débarrassé dans la matinée, de Vincent Foucart et Michel Hirigoyen avec lesquels il était à la lutte la veille. Si le pilote-motoriste termine au pied du podium, le leader provisoire du championnat a perdu deux places dans l’ultime ES suite à une crevaison.

Pour ce qui était la 6e place, Joël Chopin, à force d’insister, est parvenu à prendre l’ascendant sur Didier Barthe. Les Britanniques Charles Bonsey et Andrew Sargeant précèdent Michaël Cazé.

La catégorie deux roues motrices est remportée par Grégory Boucher qui a bien cru tout perdre dans l’avant-dernière (batterie).

 

LEADER

Etape 1 :

ES1 à 6 V. Poincelet

Etape 2 :

ES7 à 12 V. Poincelet

MEILLEURS TEMPS

Etape 1 :

V. Poincelet 6 (ES1, 2, 3, 4, 5, 6)

Etape 2 

V. Poincelet 4 (ES7, 8, 11, 12)

Ch. Costes (ES9), V. Foucart (ES10) 1

CLASSEMENT*

1. V. Poincelet-Rivière (Fouquet Mazda), 1h27min01s3 - 2. A. Thion-Hagron (Fouquet Nissan), à 1min41s0 – 3. C. & L. Costes (Fouquet Mazda), à 1min54s8 – 4. Foucart-Pian (Rivet Mazda), à 2min23s8 – 5. J. Chopin-Flouret-Barbe (Rivet Nissan), à 3min34s4 – 6. Barthe-Iriberry (Fouquet Honda), à 3min54s3 – 7. M. Hirigoyen-Charriton (Fouquet Nissan), à 5min08s9 – 8. Bonsey-Doyle (Rivet Nissan), à 5min13s7 – 9. Sargeant-Hammond (Milner Nissan), à 5min39s9 – 10. Cazé-Servière (Tomahawk Kawasaki), à 6min38s0…

1er 2 roues motrices : Boucher-Brocheton (Fouquet Honda), 14e.

1er SSV : Warnia-Potisek (Yamaha), 13e.

1er Trophée 4x4 : Cassiède-Catinot (Jeep Cherokee), 35e - Schoolderman-Blankestijn (Toyota Lexus V8), 32e.

* Sous réserve des temps officieux.

CHIFFRES

- 57 classés au terme de l’étape 1, 69 concurrents au départ de l’étape 2., 56 classés à l’arrivée (après ES12).

- 26 pilotes de l’ASA 02 ont pris le départ. 46 participants ont pris leurs licences dans cette ASA organisatrice administrative de l’épreuve (L’Ecurie Jean de la Fontaine est celle technique).

ECHOS

- Comme l’an passé, Fère-en-Tardenois est le centre névralgique de l’étape 2.

- Chez les SSV, Jérémie Warnia, débarrassé de Bricheux à la fin de l’étape 1, n’a plus eu qu’à gérer sa course dimanche. Hervé Crevecoeur a campé à la 2e place jusqu’à ce  . Pour la suivante, Antoine Philippe a dû surveiller dans ses rétros Axel Alletru bien décidé à remonter. Sébastien Guyette, lui, est parvenu à prendre le dessus sur Jean Dilley à mi-journée.

- Le Trophée 4x4 est revenu une nouvelle fois à Nicolas Cassiède avec son Jeep Cherokee. Pascal Leboucher fut vite cantonné à la 2e place. Bruno Rey, alors 3e, fut contraint à l’abandon après l’ES9.

A deux ES du but, Ronald Schoolderman a devancé Cassiède.

PRINCIPAUX ABANDONS

N. Briavoine (Fouquet), sortie ES1 – Gallou (Rivet), mécanique ap ES1 – Burley (Rivet), mécanique ap ES3 – Coet (Phil Car), mécanique ES4 – Artola (Cazé), mécanique ap ES4 – T. Lefrançois (Yamaha), sortie ES6 – Bricheux (Polaris), mécanique ap ES6 – M. Blin (Rivet Nissan), sortie ES9 – V. Grivet (Cazé Honda), mécanique ; B. Rey (Nissan Patrol), mécanique ap ES9 – Criel (Phil Car Renault), mécanique ap ES10…

DECLARATIONS

- Vincent Poincelet, 1er (1er régional de l’étape) : « Et de quatre ! C’est surtout une qui fait encore très plaisir.  Le but est de gagner Soissons un paquet de fois. C’est le rallye de l’année pour moi, où l’on veut bien faire. Avec cette nouvelle mécanique, la question de la fiabilité se posait. J’ai signé dix meilleurs temps. Je suis allé chercher le dernier, un point était à gagner. »

-  Alexandre Thion, 2e : « C’est un bon jour ! On n’est pas trop mal parti hier sur un terrain plus approprié à ma voiture. Aujourd’hui, on a essayé de tenir le rythme et bien roulé. Au fur et à mesure, on est remonté vers la 2e place. Pendant deux jours, ce fut la bagarre à tous les niveaux très sympas. On était tous dans la même seconde. Cette 2e place est une bonne opération au championnat. On a pris du plaisir ! »

- Christophe Costes, 3: « Chaque jour, j’ai connu mon lot de soucis. Une crevaison, un tout droit/marche arrière et un afficheur qui se décroche dans la dernière ES n’aident pas à faire des temps. »

- Vincent Foucart, 4e : « Je n’ai pas connu de soucis. J’étais parfois à la limite de la sortie à cause d’un peu d’optimisme ou de trop de prudence. Le plaisir était là, c’est le principal. Je n’ai pas réussi à placer trois moteurs Mazda parce que les autres vont plus vite que moi ! »  

- Joël Chopin, 5e : « L’objectif était de mettre Barthe derrière moi ! Il m’avait battu au Gâtinais. La mission est accomplie et je termine même 5e suite à la crevaison d’Hirigoyen qui a perdu au moins 2min. La revanche sera peut-être à Orthez en août ? »

- Michaël Cazé, 10e : « Je suis satisfait de cette quatrième arrivée en cinq courses (un abandon à cause du boîtier électronique) et de rentrer dans le Top 10 avec une voiture pour petits budgets. C’est l’avenir de la discipline. Mon objectif est de construire des autos pas chères pour des pilotes qui veulent rouler sans se ruiner. »

- Grégory Boucher, 14e (1er deux roues motrices) : « La batterie a lâché dans l’avant-dernière spéciale. On a poussé la voiture pour rentrer. J’ai cru que c’était foutu. Mon assistance a fait tout ce qu’il fallait pour que l’on reparte et on est à l’arrivée pour cette première victoire en deux motrices. C’est génial ! »

Renseignements sur le site Internet :

www.rallyejeandelafontaine.fr

Suivez le rallye Jean de la Fontaine sur la page facebook : Rallye Jdlf